BUCOLIQUE

Un sécateur rampait épuisé sur la haie

La haie courait aveuglément vers la barrière

La barrière hésitait entre cour et jardin

Le jardin quant à lui faisait la cour au lierre

En lui offrant des fleurs

Les fleurs perdaient la tête

La tête ailleurs le jardinier pensait à hier

Sans songer à demain les deux mains sur la haie

Où toujours épuisé rampait le sécateur.

 

en-cas

Dans ce compartiment, l'étrange personnage

Qui mange son billet avec autant de soin !

À sa façon de faire, je vois qu'il a grand-faim.

Il est d'un appétit étonnant pour son âge !

 

Surprenant mon regard, il cesse de mâcher,

Il se penche vers moi et doucement me dit :

"Pourquoi me fixez-vous avec cet air surpris ?

C'est fort désobligeant, cette curiosité !

 

Serait-ce mon chapeau, ou bien mes vêtements,

Qui provoquent chez vous un tel étonnement ?

Ou manger des billets n'avez-vous jamais vu ?"

 

"Ne croyez pas cela", lui répondis-je alors,

"Il faut me pardonner car je suis dans mon tort,

Mais je ne pensais pas qu'on pût en manger crus !"

 

HERBES FOLLES

C'est l'histoire banale

D'une banane

Qui poussait dans le Banat.

Histoire qui se répète...

Une cacahuète

Se retira à l'étranger

Quand sa fortune fut faite.

Le citron en sait long.

L'orange qui, on le pense,

N'est ni ange ni démon

Fit cette fois la bête

Pour dérider une poire blette.

Quant au poireau,

Il attend,

On ne sait quoi exactement...

Ainsi parlait un jardinier

En agitant son arrosoir.

Quand une voiture blanche

Est venue l'emmener

Trois boutons d'or

Se sont fanés.

 

la maison étonnée

Connaissez-vous la maison étonnée ?

Les portes y sont grand ouvertes

Et les fenêtres ont des sourcils arqués.

L'escalier dégringole jusqu'au rez-de-chaussée,

Stupéfait de ne plus être au premier.

Les lumières clignent abasourdies au plafonnier,

Surprises que le jour se soit déjà levé.

Ceux qui vivent ici passent leur temps à s'écrier :

« Non, pas possible, comment est-ce arrivé,

Vous devez vous tromper ! »

Ils se frottent les yeux à peine réveillés

Et se pincent comme s'ils continuaient à rêver.

« C'est incroyable, nous allons manger ! »

Et ils fixent, incrédules, leur petit-déjeuner.

Ils caressent les murs avec leurs doigts légers,

S'émerveillant de ne pas les voir tomber.

Vraiment, vous ne connaissez pas la maison étonnée ?

Elle n'est pas loin, juste à côté, vous ne pouvez pas vous tromper :

Au-dessus de la cheminée, un point d'exclamation part de rire en fumée.

 

LE POINT D'EXCLAMATION

 Le point d'exclamation

S'écrie et se récrie,

Saute de joie,

Bondit d'étonnement,

Tressaille d'indignation,

S'irrite et se fâche.

Il se tord,

Trop de sentiments l'animent.

Il n'en peut plus,

Il étouffe,

Il suffoque.

Son dos bien droit

Se creuse et s'arrondit.

Exténué, bossu,

Il s'affole,

Il va trépasser.

Il se demande :

Mais combien de temps encore

Cela va-t-il durer ?

Ainsi naissent habituellement

Les points d'interrogation.

 

le point-virgule

Le point-virgule hésite et se tâte.

Indécis, d'un naturel complexe,

Il a de la virgule

La légèreté impertinente

Et du point la prétentieuse gravité.

Comment ?

Terminer d'un seul coup une phrase,

Quelle responsabilité !

Est-on bien sûr que le raisonnement est achevé ?

Mais aussi le laisser en suspens,

À peine griffé

D'une minuscule patte de mouche...

Ça peut être mal vu,

Ça risque de faire confus !

Par souci de clarté

(Par lâcheté, disent les mauvaises langues)

Il se pose en virgule,

Se surmonte d'un point

Et soupire, apaisé.

Les points-virgules

Ne sont guère aimés des majuscules

Qui se sentent lésées.

 

RECETTE - MINUTE

 Cassez les pieds de vos voisins au ras de la cheville

Et jetez-les dans l'huile bien chaude.

Dès qu'ils sont mollets, retirez-les.

Servir de préférence avec des chaussettes :

Ce sont les pieds paquets.

 

CHAT AU BAIN

Ô rage, ô désespoir, ô hygiène ennemie !

N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Et serait-il taché, mon élégant pelage,

Pour se voir aujourd'hui condamné au lavage ?

Mon poil qu'avec respect tous les félins admirent,

Mon poil dont la beauté avait su les ravir,

Le voici shampouiné au fond d'une baignoire

Tandis qu'autour de moi tout le monde se marre !

J'ai beau trembler, miauler, m'accrocher aux rideaux,

Maintenu à deux mains par l'habile bourreau,

Tous mes efforts sont vains : on me frotte et m'étrille.

Je suis tout savonneux, glissant comme une anguille,

Mais ne puis échapper au jet qui m'éclabousse.

A moi, griffes chéries, venez à ma rescousse !

Et vous, mes dents, mordez ! Inutile combat,

Car on a mis des gants et ne me lâche pas...

Ô cruel souvenir de ma gloire passée !

Ma fourrure si belle est maintenant trempée !

Nouvelle propreté, fatale à mon bonheur !

Funestes ablutions où se noie mon honneur !

Le martyr est fini, je sors enfin du bain.

Avec une serviette on essuie mon chagrin,

On me dit des mots doux et quand on me frictionne

J'ai honte à vous l'avouer, et pourtant... je ronronne !

 

Nouvelles entrées du dictionnaire Labrune (édition 2013)

 

CHAMPITRE

Clown rural

 

CHARBONNERET

Oiseau chanteur au plumage noir

 

CLEBSTOMANE

Voleur de chiens

 

CONSTIPASSION

Incapacité d’exprimer ses sentiments

 

FLORILUGE

Traîneau de jardin

 

HOCCIPITAL

Clinique du crâne

 

MASOSCHISME

Séparation douloureuse

 

METROGNOME

Petit chef d'orchestre qui bat la mesure

 

MULTIPLIÉ (adjectif)

Mort de rire

 

PTERODACTYLO

Très vieille secrétaire

 

VILEBRODEQUIN

Chaussure à trous

 

Quelques livres à paraître…

 

Balzac

Splendeur et misère de la cortisone

(Méthode pour guérir les rhumatismes)

Du même auteur

Le génie grandit

(Ou comment améliorer son quotient intellectuel)

 

Cervantès

Don Quichotte fait la manche

(Mémoires d'un SDF espagnol)

 

Dante

La Divine, comme elle dit !

(Greta Garbo et Nathalie Sarraute : deux destins)

 

Dostoïevski

Crème et condiment

(La cuisine russe à la portée de tous)

 

Théophile Gautier

Le roman de la Môme

(Une nouvelle biographie d'Edith Piaf)

 

Gide

Les cuves du Vatican

(Guide œnologique des vins de messe)

 

Gogol

Ta race, Boulba !

(Essai sur la violence dans les cités)

 

Pirandello

Six personnages en quête de hauteur

(Récit d'une expédition sur l'Everest)

 

Pouchkine

La came des piqués

(Témoignage sur la descente aux enfers d'un jeune drogué russe)

 

Sartre

Les séquestrés daltoniens

(Un polar dont les héros en voient de toutes les couleurs)

 

Shakespeare

Otez l'eau !

(Thriller historique sur l'exode des Hébreux hors d'Egypte)

 

Styron

L'anchois de Sophie

(Une grande histoire d'amitié piscicole)

Sur le même thème : Franck Mc Court

Les sandres d'Angéla

 

Zola

Terminal

(Drame à Roissy pendant une grève des aiguilleurs du ciel)

 

Yourcenar

Couleuvre au noir

(Un réquisitoire contre le trafic d'animaux)

 

visites